Quel est le meilleur coefficient de performance pour une pompe à chaleur ?

Quel est le meilleur coefficient de performance pour une pompe à chaleur ?
Formule du COP

Le COP est un critère de performance des pompes à chaleur. Afin de choisir correctement sa pompe à chaleur, il est donc indispensable de savoir de quoi il s’agit, de bien comprendre les informations qu’il donne pour utiliser ces données au mieux et choisir une installation parfaitement adaptée aux contraintes et aux besoins d’un logement. Dans cet article, nous vous proposons de faire un point complet sur la question.

Quel est le meilleur coefficient de performance pour une pompe à chaleur ?

Le meilleur COP est atteint à environ 5. Les pompes à chaleur géothermiques ont un COP supérieur à 4, ce qui en fait le type de pompe à chaleur le plus efficace.

COP : qu’est-ce que c’est ?

Le COP d’une pompe à chaleur correspond à son coefficient de performance. C’est un élément qui déterminera en bonne partie le choix de la PAC. Il est donné par les fabricants pour chaque pompe à chaleur, en fonction des conditions d’utilisation. Le COP général est en effet généralement calculé pour des températures comprises entre +7°C et +35°C. Au-delà de ces valeurs, la performance de production varie davantage.

Plus concrètement, le COP permet d’analyser le fonctionnement de la PAC en mesurant le rapport entre l’énergie thermique produite et l’énergie électrique utilisée. Il varie selon le type de pompe à chaleur, le modèle et le choix des transmetteurs. Le résultat est exprimé en kilowatt-heure (kWh) et c’est une donnée de premier ordre pour évaluer la rentabilité de la pompe à chaleur. La plupart des PAC dispose d’un COP compris entre 3 et 5.

Calculer et interpréter le coefficient de performance d’une PAC

Tout savoir sur le COP d’une pompe à chaleur

Le COP est calculé à partir du rapport entre l’énergie produite et la quantité d’énergie utilisée par la PAC. Par exemple, une PAC qui consomme 1 000 kWh pour produire 4 000 kWh d’électricité a un COP de 4.

De même, une pompe à chaleur d’une puissance de 3 kW qui produit 18 kWh en deux heures, aura un COP de (18 / 2×3) = 3. Il faut veiller à ne pas confondre la puissance exprimée en kW et l’énergie exprimée en kWh.

Il existe des COP moyens de référence, selon le type de PAC. Ils sont les suivants :

  • Pour les PAC air-air, COP moyen : 3 ;
  • COP moyen : 3, pour les PAC air/eau ;
  • COP moyen : 4, Pour les PAC sol/eau ;
  • Pour les PAC eau/eau, COP moyen : 5.

Les COP les plus élevés traduisent un meilleur rendement, et des économies d’énergie plus importantes.

Les différents coefficients de performance d’une pompe à chaleur

Quand on regarde les données du fabricant, une pompe à chaleur possède plusieurs COP. En effet, ce coefficient est indiqué pour différentes conditions d’utilisation. Pour coller au mieux à ce que sera le rendement de votre future PAC, il faut retenir le COP qui se rapproche le plus des conditions d’utilisation qui seront les siennes.

COP global

Le coefficient de performance global se calcule en considérant la consommation de la PAC associée à tous les éléments périphériques. Il est le plus exhaustif puisqu’il tient compte des équipements externes comme les pompes et ventilateurs et de la phase normale de dégivrage. Pour le calculer, les fabricants se basent sur une température de 7°C pour PAC aérothermiques ou de 10°C pour une PAC géothermique.

COP annuel ou saisonnier

Le COP annuel ou saisonnier est aussi noté SCOP, pour « seasonal coefficient of performance ». Il se base sur une année complète de chauffe et intègre donc les variations de température saisonnière sur 12 mois. Ainsi, il correspond à une année de rendement énergétique. Il se base sur des températures de test de -10°C, -7°C, +2°C, +7°C, et +12°C.

Il est calculé en divisant la chaleur produite sur 12 mois, par la somme d’électricité consommée sur 12 mois.

Bien sûr, il est possible de réaliser le même calcul sur la durée souhaitée, par exemple sur 7 mois, d’octobre à avril, pour évaluer spécifiquement le rendement en période de chauffe.

Le COP est l’indicateur le plus fiable. Il est d’ailleurs utilisé pour établir la note énergétique de l’appareil (c’est-à-dire la catégorisation qui classe les dispositifs de chauffage selon leurs incidences sur l’environnement). Ainsi, une PAC ayant une étiquette énergétique A+++ aura un SCOP supérieur à 5,1. Une PAC avec une étiquette énergétique A verra son SCOP compris entre 3,4 et 4.

SCOP W35/W55

Le SCOP W35/W55 donne le SCOP selon la température de sortie du système. Pour un système basse consommation composée par exemple de planchers chauffants, cette température est de 35 °. Par ailleurs, l’eau utilisée pour un ballon d’eau chaude sanitaire est portée à une température de 55 °C. Enfin, pour des radiateurs classiques, l’eau est chauffée à 65 °C.

1
2
3
4
5
6
7
C'est voté ! L'état finance les pompes à chaleur des Français. Vérifiez votre éligibilité dès maintenant !
100% gratuit sans engagement
Avec quoi chauffez-vous votre logement ?
Nous prendrons en compte votre installation actuelle pour trouver les aides adaptées
Quel est votre code postal ?
Nous vérifierons si vous disposez d'aides régionales
Dans quelle ville habitez-vous ?
Nous vérifierons si vous disposez d'aides locales
Félicitation ! Vous êtes éligibles. Veuillez remplir les informations suivantes pour être recontacté.
Quel est votre nom et prénom ?
Quel est votre E-Mail ?
Nous vous enverrons un rapport personnalisé
Quel est votre numéro de téléphone ?
Vous recevrez vos résultat par téléphone une fois que nous aurons réunis la liste des droits auquels vous êtes éligibles.

Quelle PAC a le meilleur COP ?

Les meilleures pompes à chaleur sont celles qui ont le COP le plus haut. Leur rendement est meilleur et elles permettent plus d’économies d’énergie.

Parmi les différents modèles de PAC, ce sont les PAC géothermiques qui ont les meilleurs COP. Elles ont une valeur généralement supérieure à 4. Les COP des PAC aérothermiques sont quant à eux un peu plus faibles, autour de 3. Mais les variations sont plus importantes dans ce dernier cas, selon les températures extérieures et l’utilisation. Il est donc primordial de vous baser sur le COP qui se rapproche le plus des conditions d’installation.

Pompe à chaleur géothermique

Pompe à chaleur géothermique
Pompe à chaleur géothermique

Une pompe à chaleur géothermique, air-eau ou eau-eau, utilise les calories du sol ou d’une nappe d’eau pour les transmettre au système de chauffage. Les COP des PAC géothermiques sont les plus hauts. Le sol et les nappes phréatiques offrent en effet des températures plus constantes que l’air.

En revanche, les travaux pour installer une PAC géothermique sont plus conséquents. Cependant, elle garantit ensuite les meilleures économies, en plus d’apporter une chaleur constante et un grand confort à l’habitation.

Pompe à chaleur aérothermique

Les pompes à chaleur air-air ou air-eau puisent les calories dans l’air extérieur, elles les transforment en chaleur et la distribuent ensuite jusqu’à une unité intérieure. Il peut s’agir d’un système de soufflage (système air-air) ou de l’alimentation d’un circuit d’eau (système air-eau) qui alimente ensuite des radiateurs, un plancher chauffant, voire un système d’eau chaude sanitaire.

Le COP moyen des pompes à chaleur aérothermiques est compris entre 2,5 et 3. Là encore, les conditions d’utilisation et la localisation du logement peuvent faire varier ces performances. Certaines gammes premium peuvent par ailleurs monter jusqu’à un COP de 5 quand les conditions sont optimales, c’est-à-dire avec des températures supérieures à 7°C et une installation de chauffage basse température.

Comparer les performances et les puissances des différentes marques de pompe à chaleur

Le marché des pompes à chaleur s’est largement développé ces dernières années. Le nombre très important de modèles disponibles peut rendre le choix difficile. S’appuyer sur les COP reste la première étape à prendre en compte pour bien choisir sa PAC et trouver le modèle adapté à vos besoins et aux spécificités de votre logement.

Le premier critère à considérer est le COP annuel : en indiquant la performance de la PAC sur une année complète, il permet d’estimer globalement les économies d’énergie réalisables sur cette même période.

Par ailleurs, la puissance de la PAC doit être adaptée à la taille de votre logement et à vos besoins en énergie. Une pompe à chaleur sous-dimensionnée ne sera pas suffisante pour chauffer correctement et le confort ne sera pas au rendez-vous. À l’inverse, si la puissance est surévaluée, les cycles de fonctionnement de la PAC sont réduits et cela diminue la durée de vie de l’installation. Pour être la plus efficiente possible, la PAC doit donc avoir une puissance couvrant 60 à 80 % des besoins énergétiques du foyer. Le bon dimensionnement doit être calculé par un professionnel. Il prendra en compte la configuration du bâti, les habitudes énergétiques du foyer et les caractéristiques climatiques de la zone d’installation.

Les autres critères, comme la présence d’un ballon d’eau chaude sanitaire, d’un ballon tampon ou encore le volume sonore et la taille de la PAC, peuvent également influencer votre choix.

Que faut-il faire pour assurer un bon rendement à la PAC ?

Avant tout, rappelons que le COP peut varier selon les conditions climatiques et l’utilisation de la pompe à chaleur. Vous devez donc choisir la PAC la plus adaptée et ne pas hésiter à solliciter les conseils de professionnels.

Pour une plus grande sécurité et une durabilité optimale, il est également préférable d’éviter les modèles trop bon marché. Les pompes à chaleur un peu plus chères seront plus fiables en termes de performances.

En outre, le COP d’une pompe à chaleur peut être amélioré en utilisant une source plus chaude, par exemple en forant plus profondément pour installer les capteurs d’une pompe sol-air. Par ailleurs, le changement des installations de chauffage pour privilégier des éléments basses consommation permet lui aussi d’améliorer le rendement. Vous pouvez par exemple remplacer des radiateurs classiques par des planchers chauffants ou des radiateurs à chaleur douce.

Enfin, les réglages doivent être bien définis à l’installation ou lors de la révision, pour répondre au mieux aux conditions observées. Les éléments comme les ventilateurs et les diffuseurs de chaleur doivent également être régulièrement vérifiés pour optimiser le fonctionnement de la pompe à chaleur.

Installer une pompe à chaleur est donc un moyen durable de faire des économies d’énergie et permet de réduire significativement vos factures électriques tout en préservant l’environnement. Pour que cela soit le plus efficace possible, le COP reste la variable principale à prendre en compte.

Manon

Manon

Rédactrice en chef sur la thématique du chauffage, mon but est de donner à mes lecteurs l'envie d'embrasser le concept de rénovation énergétique. Pas mes nombreux dossiers, et études, j'espère vous donner l'élan nécessaire pour passer à un mode de chauffage plus sain et respectueux de l'environnement. Et toujours dans le respect de vos factures biensur ! Belles lectures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *